Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le.trop.plein.overblog.com

blog d'un collectif de citoyens relatif au dysfonctionnement du nouveau mode de collecte des déchets sur le territoire de la communauté de communes d'Avranches (50)

les déchets , quels enjeux? par Elodie FRADET

Publié le 20 Mai 2013 par le Trop Plein




Cʼest lʼintention de lʼabandonner ou lʼabandon effectif qui fait dʼun bien, dʼun équipement, dʼune matière, un déchet au sens de la loi. Concrètement, cʼest lorsque vous déposer vos rebuts dans les bacs poubelle quʼils sont comptabilisés en tant que déchets. En moyenne, 390 kilos par an et par habitant selon lʼADEME. Cela fait beaucoup. Cela fait même trop : le Grenelle impose aujourdʼhui aux villes de réduire de 5 kilos par habitant et par an la production de déchets sur leur territoire. Le citoyen nʼa généralement aucune idée de la quantité de ce quʼil jette. Il sʼacquitte dʼune taxe sur lʼenlèvement des ordures, assise sur la valeur foncière de son logement, qui ne tient
compte ni de la quantité réelle de déchets quʼil produit ni du coût du service assuré par la collectivité. Quelle perception peut dʼailleurs être augmentée de plus de 60% en 7 ans sans que cela provoque un tollé ? Véritable « pompe à fric » du budget des collectivités, le coût augmente sous lʼeffet de la modernisation des installations de traitement et du choix que nous avait fait du tout enfouissement, tout incinération. Coûteux, ces modes dʼélimination peuvent aussi être questionnés sur leurs impacts environnementaux (pollution des sols, émissions de dioxines) et sur leur pertinence : faire disparaitre à jamais des matières premières en cours d ʼépuisement comme le
plastique issu du pétrole, nʼest-ce pas une aberration ?
Si lʼon se place du côté de lʼemploi, ici encore la rationalité nʼest pas au rendez-vous. Sʼil ne faut que 30 employés pour incinérer 100 000 tonnes de déchets, il en faut presque dix de plus pour en recycler la même quantité et presque mille supplémentaires pour les activités de réemploi pratiquées par les Ressourceries® ; des emplois locaux, non délocalisables et souvent en insertion. Face à cette situation, quels gestes citoyens ?
Réduire notre production de déchet en achetant moins et autrement sous réserve que les modes de distribution le permettent et surtout réutiliser, réemployer, faire du troc en résistant autant que faire se peut aux sirènes de lʼobscolescence, quʼelle soit technologique ou psychologique.

Commenter cet article